« Connaître sert beaucoup pour inventer. » (Mme de Staël)

Rabelais Bac 2024 et 2025

A/ Bon à savoir

Apprentissage de Gargantua

Rabelais, Gargantua / parcours : rire et savoir.


Rabelais publia « La vie très horrifique du grand Gargantua, père de Pantagruel » en 1534, au retour de son premier voyage en Italie, après avoir publié Pantagruel en 1532.

1/ Le plan de l’ouvrage est clair

  • Enfance et études
  • Ses exploits dans le guerre Picrocholine
  • Récompenses aux vainqueurs et description de Thélème.

 

2/ Le réalisme des mœurs est au premier plan

L’action se déroule à Paris, dans le milieu des étudiants, ou aux environs de Chinon (où il est né), dans ce monde de paysans et de moines que Rabelais connaît bien. Gargantua fourmille de souvenirs personnels et d’allusions aux menus faits de l’histoire locale.  

3/ Rabelais indique dès le prologue qu’il exprimera son avis sur diverses questions sérieuses : problème de l’éducation, guerres, théologiens de la Sorbonne, paresse des moines, superstitions religieuses. A cet égard, les humanistes du Collège Royal étaient, malgré la Sorbonne, autorisés par François Ier à étudier l’Ecriture Sainte dans le texte original et les idées nouvelles paraissent sur le point de l’emporter. 

4/ Mais, dans l’avertissement en vers de Gargantua, Rabelais proclame d’abord son intention d’écrire une œuvre comique :

« Mieux est de ris que de larmes écrire
Pour ce que rire est le propre de l’homme. » 

   La parodie de l’épopée est une des sources constantes du comique dans l’ensemble de l’œuvre (généalogie, enfance, exploits prodigieux). Rabelais transforme les propriétaires terriens en rois puissants et les métairies en places fortes, faisant évoluer dans le cadre étroit de se terres familiales (près de Chinon) des troupe plus nombreuses que le plus fortes armées de son temps. 
   Toutefois, ne nous en tenons pas à des apparences bouffonnes. Avec sa fantaisie géniale, Rabelais nous invite dans son prologue à aller jusqu’au fond de son œuvre et, comme il le dit, à « rompre l’os et sucer la substantifique moelle. » 

   Ainsi se trouve justifié le parcours proposé : « Rire et savoir ». 

B/ Chapitres à étudier (entre autres)

* Chapitre XXI : La méthode des « précepteurs sophistes »

Paresse, mépris de l’hygiène et de l’activité intellectuelle, goinfrerie, dévotion formaliste et mécanique : tel est, selon Rabelais, l’esprit du Moyen Age vu à travers ses méthodes d’éducation. Gargantua prend naïvement la défense de ces pratiques néfastes dont sa nature « flegmatique » s’accommode fort bien. Notons toutefois qu’il s’agit ici d’une critique rétrospective de l’éducation médiévale, déjà blessée à mort par les humanistes : à l’époque de Rabelais, l’imprimerie, l’influence d’Erasme et de ses disciples avaient balayé les manuels scolastiques et, dans les collèges, on étudiait les anciens. 

* Chapitre XXIII et XXIV : L’éducation idéale – L’après-midi de Gargantua

   Rabelais y expose son idéal. Il s’oppose aux conceptions médiévales et propose une formation harmonieuse de l’esprit et du corps. Gargantua sera à la fois un humaniste initié aux sciences les plus diverses et un gentilhomme rompu au métier des armes. 

   Condamnant « la vicieuse manière de vivre de Gargantua, Ponocrates, son précepteur, fait appel à un médecin pour le « remettre en meilleure voie » … « Lequel le purgea canoniquement avec ellébore d’Anticyre et, par ce médicament, lui nettoya toute l’altération et perverse habitude du cerveau. Par ce moyen aussi Ponocrates lui fit oublier tout ce qu’il avait appris sous ses antiques précepteurs. »

* Chapitre LVII : « Fais ce que tu voudras » (abbaye de Thélème).

Citations => Questions

  • "Le rire est le propre de l'homme", a dit Rabelais.

=> On peut se demander si cette phrase fait pour son œuvre une devise suffisante. Non, bien sûr. Il s'agit de montrer le fond sérieux de l'ouvrage. Voir Renaissance et Humanisme. 

  • Rabelais fait donner à Pantagruel une éducation encyclopédique : "J'y veux un abîme de science", tandis que Montaigne préfère "une tête bien faite à une tête bien pleine."

=> On peut réfléchir à ces deux systèmes opposés et se demander quel est l'idéal d'une bonne éducation. 

  • "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme", dit Rabelais. 

=> Pensée générale. Science et savoir peuvent mener également au bien et au mal. Nécessité de moralité. Perfectionnement moral et intellectuel. L'instruction doit s'appuyer sur l'éducation (familiale, morale).

* * *  

Date de dernière mise à jour : 27/03/2024